Breaking News

Euro : on prend le pari, ces 11 stars qui vont flamber avec leur sélection


ANALYSE – De Thibaut Courtois à Karim Benzema en passant par Frenkie de Jong, voici les 11 vedettes qui devraient faire un carton à l’Euro 2020.

Ils sont le vétéran déjà couronné de succès, la star qui doit enfin assumer ou le jeune talent prêt à franchir un cap. De nombreux grands joueurs sont attendus au tournant à l’Euro 2020, repoussé d’un an pour cause de crise sanitaire. Nous avons tenté de composer une équipe-type de ces vedettes qui éclabousseront le championnat d’Europe de leur classe. Dans ce onze, on retrouve deux Français, deux Belges, deux Portugais, deux Néerlandais, un Anglais, un Allemand et un Turc. Présentation.

Gardien

Thibaut Courtois (Belgique, 29 ans)

Son statut en sélection : Cela va bientôt faire dix ans qu’il protège les cages des Diables Rouges. Il sort d’une excellente saison au Real Madrid, aussi bien en Liga qu’en Ligue des champions. Coéquipier en club et en sélection, Eden Hazard, ne peut pas en dire autant. De quoi asseoir son leadership.

La chose que vous ne saviez pas sur lui : Sa grande sœur, Valérie Courtois, est une joueuse reconnue de volley-ball. Elle a fini sa carrière au Stade Français Paris Saint-Cloud. «Il a longtemps joué au volley, cela lui a permis de développer le bon timing pour sauter et se déplacer», confiait-elle à propos de son frère au Parisien en 2018.

Pourquoi il va flamber : Difficile de trouver un gardien européen qui sort d’une saison plus aboutie que Thibaut Courtois. Le Real Madrid a bouclé sa première saison blanche depuis plus d’une décennie, mais le portier belge, du haut de son mètre quatre-vingt-dix-neuf, a été irréprochable. Réflexes sur la ligne, parades sur des tirs lointains ou bonnes sorties dans les pieds : il a tout en magasin. Il avait été élu meilleur gardien du Mondial 2018, où la Belgique avait échoué en demi-finale face à la France (0-1).

Défenseurs

Ruben Dias (Portugal, 24 ans)

Son statut en sélection : Il est titulaire avec le Portugal depuis la fin du Mondial 2018, où il devait encore attendre son tour sur le banc. Leader et capitaine dans toutes les équipes de jeunes au Benfica comme en sélection, il est la digne relève de Pepe, toujours là malgré ses 38 ans.

La chose que vous ne saviez pas sur lui : En cumulant Manchester City, Benfica (équipe première et réserve) et le Portugal (en A comme en jeunes), le défenseur central totalise 346 matches et un seul doublé : c’était en sélection le 17 novembre dernier, contre la Croatie en Ligue des nations (2-3). Son second but a offert la victoire aux Portugais à la dernière minute.

Pourquoi il va flamber : Le football anglais l’attendait au tournant après un transfert à 68 M€ en provenance du Benfica. Résultat ? Il a été élu joueur de la saison de Premier League 2020-21 par les journalistes ainsi que par les joueurs. Personne n’a joué plus de minutes que lui à Manchester City, où il a été sacré champion d’Angleterre et atteint la finale de la Ligue des champions. En plus d’être solide et rapide, Ruben Dias ébloui son monde par sa personnalité et sa maturité. Déjà un taulier.

John Stones (Angleterre, 27 ans)

Son statut en sélection : Il n’était plus appelé par Gareth Southgate l’an dernier, la faute à des blessures qui l’ont empêché d’enchaîner en club. De retour depuis mars 2021. Pas un leader affirmé malgré ses 42 sélections, mais ses performances à Manchester City ces derniers mois sont éloquentes.

La chose que vous ne saviez pas sur lui : Il a été le défenseur le plus cher du monde, lorsque Manchester City a signé un chèque de 55 M€ à Everton à l’été 2016. Avant lui, ce titre honorifique appartenait au Français Eliaquim Mangala (53 M€), transféré en 2014 de Porto à… Manchester City. Il l’a perdu l’année suivante pour 2-3 M€ au profit de Benjamin Mendy (Monaco) et Kyle Walker (Tottenham), recrutés par… Manchester City.

Pourquoi il va flamber : Après une petite année de rédemption, John Stones s’est imposé comme le partenaire idéal de Ruben Dias chez des Skyblues qui ont survolé la Premier League. Sa capacité à porter le ballon et organiser le jeu d’une position reculée s’est parfaitement exprimée sous les ordres de Pep Guardiola. Il n’a pas loupé la moindre minute des six derniers matches de City en Ligue des champions (défaite en finale contre Chelsea, 0-1). À 27 ans, il semble fin prêt à assumer son statut de grand espoir dans une Angleterre demi-finaliste de la Coupe du monde 2018, où il était titulaire.

Matthijs de Ligt (Pays-Bas, 21 ans)

Son statut en sélection : Une blessure à l’épaule lui a fait louper les huit matches de la sélection en fin d’année 2020. Avant ça, il n’avait raté aucune minute des douze matches précédents. Titulaire indiscutable en défense centrale depuis plus de trois ans.

La chose que vous ne saviez pas sur lui : En mars 2018, à 18 ans et 7 mois, il est devenu le plus jeune capitaine de l’histoire de l’Ajax Amsterdam. En février 2019, il a hérité du brassard face au Real Madrid, devant le plus jeune capitaine de l’histoire des phases finales de la Ligue des champions. Précocité.

Pourquoi il va flamber : Sa première saison à la Juventus laissait présager de grandes choses. La seconde, qu’il vient d’achever dans un marasme collectif et notamment en défense, était celle de la confirmation. Régulier, propre et doté d’une grande vision du jeu, le Néerlandais a surnagé à Turin. Une preuve que ses performances se détachent de la forme de son équipe. Il y a donc toutes les raisons de penser que de Ligt poursuivra sur sa lancée avec les Pays-Bas, grand absent du Mondial 2018.

Milieux de terrain

Frenkie de Jong (Pays-Bas, 24 ans)

Son statut en sélection : Appelé pour la première fois en septembre 2018. Depuis, il a débuté 27 des 29 matches des Pays-Bas. Les deux rencontres manquantes ? Des matches amicaux. Que le sélectionneur soit Ronald Koeman ou Frank de Boer, Frenkie de Jong est un rouage essentiel à la mécanique orange.

La chose que vous ne saviez pas sur lui : Il est le 7e international néerlandais à porter le nom de famille «de Jong», un record. Selon un recensement de 2007, on comptait plus de 86.000 de Jong aux Pays-Bas, soit 0,5% de la population. Il s’agit du nom de famille le plus populaire là-bas.

Pourquoi il va flamber : Il était le joueur le plus utilisé du FC Barcelone cette saison (51 matches, 48 titularisations). Si Messi n’existait pas, il en aurait aussi été le meilleur joueur. Dans un collectif rarement bien huilé -comme son compatriote de Ligt à la Juventus-, il a brillé par sa vision du jeu, son aisance technique et sa capacité à jouer vers l’avant. Il sera la clé de voûte des Pays-Bas à l’Euro. «Si Frenkie joue bien, les Pays-Bas joueront bien», a abondé le sélectionneur Frank de Boer. Il est le visage de Pays-Bas régénérés après avoir manqué l’Euro 2016 et la Coupe du monde 2018.

N’Golo Kanté (France, 30 ans)

Son statut en sélection : Titulaire et presque déjà cadre à la Coupe du monde 2018, qu’il a gagné avec les Bleus. De nature timide, il impose le respect par ses performances et son sens du devoir. L’un des hommes les plus fiables que possède Didier Deschamps.

La chose que vous ne saviez pas sur lui : Il a dîné chez des inconnus à Londres, en septembre 2018. «Tout a commencé lorsque Kanté a raté son Eurostar pour Paris, a raconté un internaute fan de football qui a croisé le milieu de Chelsea par hasard. Il a cherché une mosquée dans le coin sur Google, et on s’est retrouvé à manger du riz et du curry.»

Pourquoi il va flamber : Il sort d’un mini-grand chelem, ayant été élu homme du match des demi-finales (aller comme retour) et de la finale de la Ligue des champions qu’il a remporté avec Chelsea. L’infatigable milieu tricolore est dans la forme de sa vie. Il gratte des ballons autant qu’il ne les bonifie entre les lignes de par une technique en progrès. Son nom circule déjà à l’heure d’évoquer les prétendants au Ballon d’Or en fin d’année. Un Mondial réussi ferait de lui l’un des, si ce n’est le favori.

L’héritage déjà riche de N’Golo Kanté à Chelsea

Joshua Kimmich (Allemagne, 26 ans)

Son statut en sélection : Incontournable depuis l’Euro 2016, il est l’un des vice-capitaines à 26 ans derrière son coéquipier du Bayern Munich, Manuel Neuer. Il n’a pas eu peur d’aborder la question d’un boycott du Mondial 2022 au Qatar, preuve que sa voix porte en Allemagne.

La chose que vous ne saviez pas sur lui : Il compte 54 sélections à seulement 26 ans et 4 mois. Au même âge, c’est une de plus que le recordman allemand Lothar Matthaüs (150) et 14 de plus que le deuxième joueur allemand le plus capé, Miroslav Klose (137). Mais c’est 10 de moins au même âge que Philipp Lahm (113 au total) auquel Kimmich est souvent comparé.

Pourquoi il va flamber : C’est l’un des tout meilleurs milieux de terrain au monde, et il l’a encore démontré avec le Bayern Munich cette saison. Sa polyvalence extrême va servir à l’Allemagne, où il évolue généralement comme latéral droit. Sa position reculée sur le terrain ne l’empêche pas d’assumer un statut de leader technique et surtout tactique. Si la Mannschaft va loin dans cet Euro, ce sera en grande partie grâce à lui.

Bruno Fernandes (Portugal, 26 ans)

Son statut en sélection : Il marchait sur la pointe des pieds en Seleção il y a encore deux ans. Puis il en est devenu un cadre de par son explosion en club, mais sans y avoir le même rendement. Attendu comme le nouveau leader dans l’ombre des vainqueurs de l’Euro 2016 (Patricio, Pepe, Ronaldo…).

La chose que vous ne saviez pas sur lui : Il a joué 119 matches de Serie A dans l’indifférence la plus totale. Il n’avait pas encore 18 ans lorsqu’il a quitté le Portugal pour l’Italie et Novara. Passé par l’Udinese et la Sampdoria, il était encore un inconnu en 2017, à 24 ans, lorsqu’il rejoint le Sporting pour moins de 10 M€. Aujourd’hui, il est le visage de Manchester United.

Pourquoi il va flamber : Il a été élu joueur de la saison à Manchester United par les supporters. Lauréat du titre de joueur du mois en Premier League en novembre et décembre 2020. Il n’a quasiment pas raté un match avec les Red Devils, où il a totalisé 28 buts et 17 passes décisives en 58 matches. C’est à lui que devraient revenir les clés du jeu du Portugal, dont le réservoir offensif rivalise avec celui des Bleus. Il n’avait plus été décisif depuis 8 matches avec sa sélection avant un doublé et une passe décisive le 9 juin dernier, contre Israël (4-0). Déclic ?

Attaquants

Burak Yilmaz (Turquie, 35 ans)

Son statut en sélection : Capitaine depuis deux ans, il est le deuxième meilleur buteur de l’histoire de la sélection (29) derrière la légende Hakan Sukur (51). Fait rare, il a joué (et performé) dans les trois clubs majeurs du pays : Besiktas, Fenerbahce et Galatasaray. Un CV en or à l’échelle nationale.

La chose que vous ne saviez pas sur lui : Il a publiquement soutenu le président turc, Recep Erdogan, lors du référendum de 2017, au sortir duquel le pouvoir d’Erdogan a été renforcé malgré des accusations de dérive autoritaire par l’opposition. Il avait même confié avoir laissé pousser sa barbe sur les conseils d’Erdogan.

Pourquoi il va flamber : Il a guidé Lille vers un inattendu titre de champion de France pour sa première saison hors de Turquie, à 35 ans. En 28 matches de Ligue 1, il a cumulé 5 passes décisives et 16 buts, dont 7 lors des 7 derniers matches. Une fin de saison en boulet de canon. Il monte en puissance en même temps que la pression s’accentue. Les planètes sont alignées pour qu’il sévisse à l’Euro, dans un groupe à la portée de la Turquie (Italie, Suisse, pays de Galles), et qu’il gâche la fête de la Squadra Azzurra vendredi à Rome, pour le match d’ouverture.

Karim Benzema (France, 33 ans)

Son statut en sélection : «Je ne sais pas si on peut dire que je serai un nouveau, ou un leader, ou un nouveau leader», s’est amusé Karim Benzema, de retour chez les Bleus après cinq ans et demi d’absence, dans les colonnes de L’Équipe . L’ancien paria ne devrait avoir aucun mal à se faire adopter par ses nouveaux (ou ex) coéquipiers.

La chose que vous ne saviez pas sur lui : Il n’a jamais marqué dans un Euro. Trop frais en 2008 (2 matches, une titularisation), pas au niveau en 2012 (4 matches, 4 titularisations) et non-sélectionné en 2016. Avec 27 buts chez les Bleus, il est le 10e meilleur buteur de l’histoire de la sélection.

Pourquoi il va flamber : On ne sait pas si la France retrouvera le toit de l’Europe le 11 juillet prochain, mais a priori, elle peut compter sur la meilleure version possible de Karim Benzema pour aller loin. Le Madrilène sort d’une saison où il a porté le Real sur ses épaules, avec 30 buts et 9 passes décisives en 46 matches. Il sait alterner leadership et mise au service du collectif. Sur le papier, le trio qu’il devrait former avec Kylian Mbappé et Antoine Griezmann laisse rêveur.

Romelu Lukaku (Belgique, 28 ans)

Son statut en sélection : Meilleur buteur de l’histoire des Diables Rouges (93 sélections, 60 buts), il a honoré sa première cape à l’âge de 16 ans. Un taulier. Il est le visage du football belge depuis le déclin d’Eden Hazard. Doit faire oublier sa Coupe du monde 2018 à deux visages (4 buts lors des deux premiers matches, zéro en quatre matches à élimination directe).

La chose que vous ne saviez pas sur lui : Son père, Roger, a été footballeur professionnel. Son petit frère, Jordan (26 ans), est aussi international belge et joue à la Lazio Rome. Enfin, son cousin Boli Bolingoli (25 ans) était prêté par le Celtic à l’Istanbul Basaksehir cette saison.

Pourquoi il va flamber : Il a encore repoussé ses limites à l’Inter Milan. Lukaku en Serie A, c’est 23 buts et 2 passes décisives en 2019-20, puis 24 buts et 11 passes en 2020-21. «Un footballeur atypique dans le monde», jugeait son entraîneur Antonio Conte. Sa vitesse de pointe pour son gabarit (1,91m) est sans égale. Finisseur hors pair des pieds ou de la tête, il a franchi un cap dans la construction du jeu. Indéfendable lorsqu’il est dos au but.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *